MENU CLOSE

Julia Scavo, meilleur Sommelier de Roumanie 2018

Des mathématiques au vin

Julia Scavo nous parle de ses débuts dans le monde du vin, de son arrivée en force sur la scène internationale en 2008, de sa volonté de pousser plus loin sa science du vin et de quelques aspects uniques de sa participation au prochain concours du Meilleur Sommelier du Monde.

Q : Vous avez été plusieurs fois lauréate ou finaliste de concours internationaux. Que représente le titre de Meilleur Sommelier de Roumanie 2018 ?

En 2008, lors de mon tout premier concours, j’ai pris la deuxième place du concours du Meilleur sommelier de Roumanie. C’était déjà tout un résultat : une professeure de mathématiques sur le podium – et la première femme à y parvenir, en Roumanie. J’ai ensuite été poussée sur la scène internationale en tant que suppléante et en 2012, j’ai remporté le championnat d’Europe centrale, qui m’a donné accès aux concours européen et mondial de 2013. En tant que finaliste au Concours du Meilleur Sommelier d’Europe et d’Afrique, en 2013, j’avais la possibilité de participer au Concours du Meilleur Sommelier du Monde 2016. Puisque j’étais enceinte de mon deuxième enfant, cette année-là, c’est mon suppléant qui y est allé et finalement, je suis revenue à la compétition pour prendre la troisième place du Meilleur sommelier d’Europe et d’Afrique en 2017.

En dix ans de concours, je n’avais jamais eu le temps ou la possibilité de reprendre les concours dans mon pays. Il était temps pour moi de le faire et cette victoire m’offre mon titre le plus fortement symbolique. J’espère d’ailleurs qu’il sera plus que symbolique. Je voudrais qu’il soit une occasion pour moi d’en faire plus pour mon pays : des formations, des dégustations, la préparation d’une nouvelle génération de sommeliers qui pourront en être inspirés, quel que soit leur parcours.

Q : Vous allez représenter la Roumanie à Anvers, en mars. Quelles sont vos attentes ?

Je n’ai jamais participé à une finale du Meilleur Sommelier du Monde. J’ai obtenu la cinquième place, en 2013, mon meilleur résultat. Mon mari, Bruno Scavo, participe également au concours mondial 2019, pour Monaco. Le fait que deux conjoints soient de la partie constitue déjà une première. J’espère que nous pourrons faire le mieux possible, ensemble, en doublant nos forces.

Q : Vous avez récemment obtenu une deuxième place au concours régional des Balkans, à Belgrade. Comment ce concours s’est-il passé pour vous ?

Ce premier Challenge des Balkans était très bien organisé, à la hauteur des normes internationales. Bravo ! C’était très bon pour mon entraînement et aussi, une occasion de mieux découvrir les vins de Serbie. L’occasion m’a aussi donné l’idée d’organiser une master class sur les vins serbes à Nice ou à Monaco, grâce aux bouteilles intéressantes que j’ai découvertes à Belgrade.

Q : Quels sont vos projets pour la suite des choses ?

Je suis à compléter mon diplôme WSET, et c’est donc la prochaine étape pour moi. Après, je commencerai peut-être le Master of Wine. Je veux aussi développer un plus vaste registre de techniques pédagogiques et de dégustations de haut niveau en France et en Roumanie, tout en utilisant mes compétences en enseignement pour soutenir la connaissance du vin et la science des dégustations, en combinaison avec des éléments culturels et artistiques.

English Français