MENU CLOSE

William Wouters – Président, Association des sommeliers de Belgique

En 1994 ou 1996, je ne me rappelle plus tout à fait, nous avions décidé de réunir un groupe incroyable de sommeliers de plusieurs pays au premier Hôtel du Vin, à Winchester, dans le Hampshire, à environ 90 minutes de voiture de Londres, en pleine campagne.

Je crois que nous étions environ 14 sommeliers à participer à ce summum de convivialité, où chacun d’entre nous devait apporter au moins un magnum de vins réputés. Deux amis et moi-même avions pris l’aéroglisseur de Calais à Douvres, avant de conduire jusqu’à Londres pour rejoindre une partie du groupe pour le déjeuner. Pendant ce déjeuner, nous avions décidé de faire une surprise à notre ami Gérard. Puisqu’il venait tout juste d’ouvrir son hôtel à Winchester, nous sommes allés acheter des carabines Winchesters-jouets chez Hamleys, à Londres, et nous les avons apportées jusqu’à cette petite ville idyllique du Hampshire. Winchester a une atmosphère des plus britanniques, avec la magnifique côte voisine, la belle campagne et bien sûr sa magnifique cathédrale, son grand hall et les jardins médiévaux de la reine Aliénor.

Nous sommes arrivés avant la nuit, ce qui nous a permis de bien voir l’endroit. L’Hôtel du Vin était un édifice très classique, parfaitement situé à Winchester, avec un style un peu victorien. Après avoir été accueillis chaleureusement par Nina, nous sommes montés vers nos chambres pour nous changer. Nous avons enfilé nos smokings et nos nœuds papillons, en chaussant nos pieds de chaussettes blanches et de palmes de plongée. C’était une petite blague entre sommeliers : puisque nous travaillions dans des restaurants étoilés Michelin, notre travail quotidien nous donnait l’allure de pingouins, à l’époque.

Il faut donc que vous imaginiez un groupe de jeunes hommes très chics qui descendent les escaliers, dans cette atmosphère très british, avec des palmes aux pieds et des Winchesters à la main. Totalement hilarant ! Les pauvres Nina et Gérard ne comprenaient pas ce qui leur arrivait. La seule chose que Gérard a pu dire, avec son typique accent franglais, c’est « s’il-vous-plaît, veuillez retirer vos palmes et faites-les sécher auprès du feu. J’imagine bien que c’était toute une baignade, de nager depuis l’autre côté de la Manche. Et s’il-vous-plaît, pouvez-vous ranger vos Winchesters au vestiaire, pour la sécurité de tous ? » Un bel exemple du beau sens de l’humour de Gérard Basset, toujours vif et élégant.

Plusieurs magnums plus tard, ce soir-là, nous avions passé un moment inoubliable à chanter a cappella, avec Gérard et sa vraie voix de ténor. C’est l’image qui me restera toujours de Gérard : un professionnel d’exception qui ne se prenait jamais trop au sérieux. Un homme d’une grande gentillesse, tout simplement.

English Français