MENU CLOSE

Se consacrer à la lutte contre COVID-19

Samuil Angelov, trésorier adjoint et ancien président du Suomen Sommelierit Ry de Finlande, a exposé les enjeux avec une clarté remarquable : « L’essentiel pour moi est de conserver mon personnel et de continuer à lui donner du travail. La profession de sommelier en Finlande n’est pas particulièrement bien protégée et notre profession est très vulnérable en ce moment. Je crains que cela ne fasse qu’empirer les choses. Si nous perdons nos effectifs de sommeliers, nous perdrons une génération entière. Et je ne sais pas comment nous pourrons les récupérer. Je vais faire tout ce que je peux pour les garder aussi longtemps que possible.  »

Des situation inédites nécessitent également des solutions inédites, y compris de notre part dans le secteur hôtelier.

Chaque pays a une approche différente pour gérer la crise du coronavirus, tout comme les nombreuses associations membres de l’ASI. Nous avons interrogé des présidents d’associations nationales du monde entier et reçu des précisions sur un nombre fascinant d’initiatives, dont beaucoup ont été créées du jour au lendemain, pour soutenir à la fois notre précieuse sommellerie et les communautés dans lesquelles nous vivons.

DANS LES VIGNOBLES

Certaines associations nationales cherchent à réorienter leurs travailleurs inactifs vers un débouché évident : l’agriculture. Le besoin y est important ; les travailleurs migrants qui effectuent souvent ce travail ne peuvent pas voyager d’un pays à l’autre et d’une région à l’autre cette année. Les journaux sont remplis de témoignages d’agriculteurs inquiets qui ne savent pas qui les aidera à creuser, cueillir et planter. Les employés de restaurants actuellement fermés représentent une main-d’œuvre idéale dans ce domaine.

Dans les pays producteurs de vin, ce virage temporaire vers l’agriculture est en train d’être repensé comme une excellente opportunité pour les sommeliers d’acquérir une expérience in situ dans les vignobles que beaucoup souhaitent mais, par manque de temps, ne peuvent réaliser. L’association Sommelier Union Deutschland, représentant l’Allemagne auprès de l’ASI, a rapidement organisé l’initiative « Side by Side in the Vineyard » en coordination avec la principale association de viticulteurs d’Allemagne VDP. « Ce travail est comme un mini-stage avec un vigneron, et vaut son pesant d’or », explique le président de l’association, Peer F. Holm. « Si nous pouvons retirer de cette situation particulière et stressante sur le plan existentiel quelque chose de positif pour les vignerons et ainsi élargir nos horizons personnels, alors nous aurons fait d’une pierre deux coups ! »

Les efforts ne se limitent guère à l’Europe. La crise arrivante alors que les pays de l’hémisphère sud dont l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande, l’UA et l’Amérique du Sud, sont en pleine récolte, le besoin d’une main d’oeuvre additionnelle dans les vignobles est énorme.

EN LIGNE

De nombreux pays ont également commencé à avoir recours à des outils virtuels pour maintenir l’esprit de compétition et préserver ainsi la communauté.

Philippe Faure-Brac, président de l’Union de la Sommellerie Française (UDSF), rapporte avec fierté qu’une des régions viticoles du Sud-Ouest de la France, l’Occitanie, a organisé avec succès son premier concours en ligne : « Je suis fier de voir une telle implication technique et humaine pour maintenir l’activité de la sommellerie ! Une jeune femme, Marie Wodecki de Savoie, a remporté ce concours. »

Il existe également une gamme variée d’offres pour améliorer l’enseignement de l’oenologie en ligne. Matias Prezioso, président de l’Asociación Argentina de Sommeliers, a contribué à l’organisation d’un cycle de master classes sur la plateforme Zoom.

Jusqu’à 100 membres peuvent participer à des conférences/débats en présence d’un modérateur, qui comprend des producteurs de vin argentins et internationaux, ainsi que des personnalités éminentes (sommeliers, journalistes, Masters of Wine, principaux influenceurs).

L’ASPI, l’association italienne, utilise sa présence sur les réseaux sociaux comme Facebook en tant que plate-forme permettant à ses personnalités éminentes de partager leurs connaissances du vin avec le grand public. Les meilleurs sommeliers de l’association et d’autres lauréats nationaux et internationaux publient des vidéos de 3 à 5 minutes exprimant leur appréciation et présentant un vin.

Tout comme des millions de personnes dans le monde qui profitent de ce confinement pour nettoyer en profondeur leurs maisons ou leurs appartements, certaines associations ont également entrepris un nettoyage de leurs contenus éducatifs et promotionnels.

Eesti Sommeljeede Assotsiatsioon, l’association estonienne, par exemple, a prévu de solliciter certains de ses membres afin de produire du contenu et effectuer des mises à jour – très utile pour mettre à niveau le matériel nécessaire aux études théoriques, etc. et en même temps maintenir la motivation.

Mark DeWolf de l’Association canadienne des sommeliers professionnels rapporte également que lui et son équipe étudient des manières différentes ” de revoir l’ensemble des notes et PowerPoints pour nos programmes destinés aux sommeliers. Nous voyons cela comme une opportunité où nous pouvons embaucher certains des meilleurs sommeliers afin qu’ils deviennent des développeurs de contenu pour ce programme. Beaucoup de nos meilleurs sommeliers utiliseront probablement ce temps pour aussi approfondir leurs connaissances. Je pense que nous avons une bonne occasion de les soutenir avec ce type d’informations ainsi que des opportunités d’apprentissage. Je pense que c’est dans des moments comme ceux-ci que nous nous devons d’être des leaders. »

FAVORISER LA COMMUNAUTÉ

De nombreux autres pays ont confirmé que la nature insaisissable de la pandémie et de son évolution ne leur avait guère laissé d’opportunités en terme de planification de leurs réponses. Un thème commun a cependant émergé : une profonde gratitude pour les encouragements provenant de la famille ASI avec la certitude que cette famille sortira encore plus forte de cette crise.

« Je suis également très impressionné par tous les e-mails et je suis profondément reconnaissant. J’espère que nous sortirons de cette situation difficile dans peu de temps et retournerons à notre vie quotidienne pour rendre L’ASI plus active », écrit Jae-Youn KO, Président de KISA (Corée).

« Aujourd’hui plus que jamais, il est essentiel que nous gardions ouvertes les voies de communication et que nous nous soutenions mutuellement » dit Andrew O’Gorman (secrétaire, Irish Guild of Sommeliers)

« Je tiens à vous remercier pour vos communications et j’espère que l’impact de cette pandémie mondiale en termes de pertes humaines et financières sera limité le plus possible et le plus tôt possible » déclare Dashamir Elezi, président de l’iOSHS (Albanian Sommeliers Association).

« Le Danemark est (comme beaucoup d’autres) dans un confinement total – nous nous trouvons essentiellement à l’intérieur et c’est l’opportunité d’apprécier de bons vins  » avoue Tim Vollerslev, Dansk Sommelier Forening (Danemark)

« Ce ne sont vraiment pas des moments faciles. Mais ce sont des moments où nous devons rester unis. A Chypre, certes, mais aussi en toute solidarité avec nos amis Sommeliers d’Europe et du monde entier. Le printemps arrive, il est clair pour nous qu’il y aura certainement un « après » et qu’il y aura de nouveau de bons repas accompagnés de bonnes boissons.  » insiste Giorgios Kassianos, président de l’Association Chypriote des Sommeliers (Chypre).

Tout comme les premiers mots ont été écrits par Samuil Angelov de l’Association finlandaise, il semble normal que le dernier mot lui soit également réservé : « Les sommeliers sont particulièrement créatifs. S’il y a quelque chose à régler, c’est généralement un sommelier qui le règle. Peu importe à quel point nous avons été durement touchés, nous traverserons cette période et en sortirons grandis. Peu importe ce qui se passe dans ce monde, il y aura toujours un besoin pour notre profession, les gens voudront toujours être servis et devront l’être. Lorsque cela prendra fin et que les restaurants ré-ouvriront, ce sera notre heure.

 

English Français