MENU CLOSE

Rencontrez nos sommeliers diplômés Or

Créé en 2012, la certification de l’ASI a été conçu pour développer les capacités des sommeliers professionnels correspondant aux statuts de l’ASI, et qui implique un large éventail de connaissances théoriques et de compétences pratiques. Offerts en français, en anglais ou en espagnol (les langues officielles de l’ASI), les examens uniformisés annuels, administrés le même jour par les associations nationales participantes, comprennent des tests écrits, des dégustations à l’aveugle, des dissertations, des tests de service et des présentations orales. Le diplôme or de l’ASI est reconnu comme l’une des distinctions les plus prestigieuses au monde que n’importe quel sommelier peut obtenir au cours de sa vie. En 2021 : L’Année du Sommelier, nous célébrerons nos sommeliers de la certification ASI.

Nous avons interviewé Rie Matsuki (Japon) et Julia Scavo (Roumanie) pour en savoir plus sur leur voyage pour devenir sommeliers ASI diplômés en or.

Julia Scavo (Romania)
ASI International Sommelier Diploma – Gold
Directeur, Julia Scavo Formation Conseil

A propos de Julia Scavo : Sommelière roumaine et lauréate du diplôme d’or de l’ASI, Julia Scavo n’est pas étrangère au cercle des gagnants. Bien qu’elle ait un diplôme en mathématiques et en physique, c’est finalement le vin qui l’a conquise. Depuis 2008, elle a remporté d’innombrables titres dont celui de « Championne d’Europe centrale des sommeliers » (2012), 5e à l’ASI Meilleur Sommelier du Monde, double médaillée de bronze à l’ASI Meilleur Sommelier d’Europe (2017, 2013), et première place à la fois au « Meilleur Sommelier de Roumanie » (2018) et au Master of Port (2017). Et pourtant, avec tout ce succès, elle se considère toujours, et les sommeliers en général, d’abord et avant tout comme des « éducateurs ».

Rie Matsuki (Japan)
ASI International Sommelier Diploma – Gold
Freelance Sommelier, wine educator & writer

À propos de Rie Matsuki : Rie Matsuki, lauréate du diplôme d’or de l’ASI, a commencé sa carrière comme sommelière en 2000. Depuis, elle n’a cessé de se mettre au défi d’être meilleure en travaillant à l’étranger – elle a travaillé pendant 6 ans en France – ainsi qu’en participant à divers concours nationaux de sommeliers, obtenant la 4ème place au Concours du Meilleur Sommelier du Japon.

ASI : Pourquoi avez-vous été motivé pour relever le défi de l’obtention du diplôme de l’ASI ?

Julia : J’ai d’abord voulu passer le diplôme ASI en 2012, à ses débuts. J’étais enceinte de mon premier enfant et pendant 6-7 mois, je n’avais participé qu’à un concours de cuisine et j’avais atteint la finale, en même temps que de réussir les sélections pour le Master de Port 2012… Malheureusement seulement 2 personnes inscrites en France et la certification n’a pas pu être organisée et ma grossesse (j’étais alors enceinte de 8 mois) ne m’a pas permis de voyager dans un autre centre en Europe. En 2013, j’ai participé au concours ASI de Meilleur Sommelier du Monde et je n’ai pas pu tenter le diplôme de l’ASI… En 2016, enceinte de mon deuxième enfant, j’ai décidé de m’inscrire et en janvier j’ai recommencé à me préparer. Malheureusement, j’ai eu la grippe, et ma santé m’a empêché de tenter l’examen cette année-là.

2017 a été le moment attendu. Je préparais alors le concours ASI du Meilleur Sommelier d’Europe et d’Afrique. Un tournant car j’ai décidé de changer ma langue de compétition du français à l’anglais. C’était un bon moment pour préparer pour le concours, alors je me suis inscrite à nouveau et l’ai passé en anglais, pour obtenir la distinction d’or. Comme vous pouvez le constater, ma motivation était continue. Je crois que la certification ASI est un excellent moyen de se préparer lorsqu’elle est inscrite dans la compétition, un guide utile pour se préparer au mieux, et un très bon outil pour se tenir à jour. C’était pour moi un bon moyen de me préparer pour d’autres concours et certifications, j’ai finalement terminé 3ème au Meilleur Sommelier d’Europe et d’Afrique 2017 et j’ai gagné le Master of Port la même année.

Rie :  C’était une progression naturelle pour moi de passer la certification ASI, qui teste toutes les connaissances et compétences de service et ma capacité à fournir aux clients la connaissance du vin tout en leur offrant une expérience agréable.

 

ASI : Quels ont été les aspects les plus difficiles de la préparation à l’examen et de l’examen en lui-même ?

Julia : Pour moi, la préparation est un mode de vie si classique que je ne dirais pas que c’était difficile. En fait, j’utilise un concours ou un diplôme pour me préparer à un autre, donc comme je me prépare tout au long de l’année, je n’utilise pas une préparation très spécifique d’un cas à l’autre.

En ce qui concerne l’examen, il y a des aspects difficiles qui diffèrent des concours. Le format de dégustation est tout à fait différent, l’écriture d’une dissertation n’apparaît pas toujours dans les concours et les tests pratiques sont plus, je devrais dire, des tâches d’examen. Donc, mon conseil n’est pas de chercher des pièges comme en compétition, il suffit de montrer vos compétences et de pousser les gestes au pinacle. Un autre défi pour moi était le changement de langue. . . Avant de m’inscrire, j’ai réussi et obtenu mon WSET Niveau 3 dans les vins afin de pratiquer mon anglais du vin. J’ai beaucoup apprécié le changement de langue, et j’ai fait le reste des concours en anglais et me suis aussi inscrite et finalement obtenu mon DipWSET avec distinction rapidement par la suite. Donc, le diplôme ASI a été pour moi un excellent test pour décider de choisir l’anglais ou de continuer en français.

Rie : Équilibrer le travail et s’entrainer pour les examens est toujours un défi… trois mois avant de décider de passer l’examen, j’ai commencé à me préparer sérieusement et j’ai étudié intensivement pendant environ deux heures par jour au petit matin avant le travail. J’ouvrais mes notes de formation pour les concours de sommelier, et j’ai également fait appel aux questions passées du diplôme ASI pour me préparer aux différentes épreuves. Depuis que je travaille comme éducateur en vin, j’ai une bonne connaissance du vin, cependant, l’examen du diplôme ASI exige une connaissance des boissons du monde entier. J’ai donc travaillé dur pour apprendre les boissons autres que le vin desquelles je n’étais pas particulièrement familier, dans un court laps de temps.
Pour préparer le service et la dégustation, j’ai trouvé très utile de regarder des vidéos des anciens concours ASI de Meilleur Sommelier du Monde à répéter dans mon esprit.

 

ASI : Quels conseils donneriez-vous à un aspirant sommelier qui envisage de passer l’examen ?

Julia : Mon conseil est de se préparer comme à une compétition internationale. Le niveau théorique est tout à fait le même. Pratiquer son écriture dans la langue choisie est important, car il y a une épreuve de dissertation et de se rappeler des années d’école comment on écrit un essai avec une limite de mots. En ce qui concerne les tâches pratiques, j’ai déjà mentionné ci-dessus que cela devrait être pris comme un examen : ne cherchez pas des trucs impossibles, concentrez-vous sur vos compétences et donnez un style naturel, mais précis à vos gestes.

Rie : Étudier pour cet examen est très utile pour le travail. Cela les aidera à gagner en crédibilité et en confiance. Il faut certainement essayer. Jouer un rôle actif même après avoir réussi l’examen augmentera la valeur du diplôme de l’ASI et aiguillera les générations futures.

 

ASI : Pensez-vous que le diplôme d’or de l’ASI devrait être reconnu comme égal à la distinction de Master Sommelier (MS) ?

Julia : Le diplôme d’or de l’ASI mérite une très haute reconnaissance internationale. Je ne comparerais ni la MS ni d’autres certifications comme DipWSET. Ils sont tous différents. Cependant, le diplôme ASI devrait gagner plus de reconnaissance et donc les récompenses les plus élevées seront mieux connues et comprises à l’étranger !

Rie : Quand j’ai déménagé de Tokyo en France, avoir une certification de sommelier m’a beaucoup aidé à trouver un emploi. Si la reconnaissance de cet examen augmente, le diplôme ASI deviendra un passeport pour travailler dans les restaurants du monde entier pour des postes clés tels que chef sommelier.

English Français Español